#6 – Contradiction et confusion

Contradiction et confusion

« Telle voie paraît droite à un homme, Mais son issue, c’est la voie de la mort. »

La Bible, Proverbes 16:25

Église de Jésus-Christ, nous vivons à une époque de contradiction et de confusion. Un message central de la société contemporaine est que si vous avez une impulsion, un sentiment ou une préférence forte, vous avez alors le droit de la poursuivre et de le satisfaire.

Cependant, cela ne s’applique pas à toutes les préférences. Selon les normes sociales et juridiques en vigueur, si votre préférence est d’avorter, de tuer votre bébé qui va naître, c’est acceptable. Mais si votre sentiment ou votre préférence est de tuer le voisin agaçant dans la rue, et bien… ce n’est pas correct.

Si vous pensez que cette analogie est stupide, considérez que pour la majorité de l’histoire de ce pays, l’avortement était non seulement immoral et illégal, mais surtout impensable. Quelque part sur la ligne, l’impensable est devenu socialement acceptable et légalement protégé.

La même chose s’est produite dans beaucoup d’autres catégories. Les impulsions, les sentiments et les préférences qui étaient autrefois considérés comme inappropriés sont maintenant devenus non seulement socialement acceptables, mais dans de nombreux cas, protégés par la loi.

Voici l’un des dilemmes : Qui décide quels sentiments et quelles préférences sont légitimes et acceptables, et lesquels ne le sont pas ? Qui peut avoir une préférence ?

Franchement, tout cela est assez déroutant. Cela doit être particulièrement dégoûtant pour les jeunes croyants qui essaient de se découvrir, et de choisir les normes et les principes à respecter. Les jeunes de nos jours ont de fortes impulsions alors, auxquelles devraient-ils dire « oui » et auxquelles autres devraient-ils se discipliner pour dire « non » ?

L’éthique régnante est l’autonomie radicale. La France contemporaine réécrirait Proverbes 16:25 en ces termes :

« Il existe un moyen qui semble juste à chaque personne et qui devrait être libre de la poursuivre sans restriction. »

La France et d’autres pays comme les USA, par exemple, sont des nations construites sur les principes de liberté. Mais la liberté échoue lorsqu’elle est excessive et réduite à la permissivité. Lorsque vous avez des droits sans responsabilité, ce n’est guère plus qu’un intérêt personnel politisé et cela détruit la véritable liberté. C’est ce qui se passe quand on ne met pas la parole de Dieu en pratique.

La France contemporaine est en grande partie un écho et un miroir d’Israël dans l’Ancien Testament. Juges 21:25 le décrit très clairement :

« En ce temps-là, il n’y avait point de roi en Israël. Chacun faisait ce qui lui semblait bon. »

Serviteurs et servantes de Dieu, pensez-vous que ce qui est bon, ou juste à nos yeux, l’est aussi aux yeux de Dieu ?

« Ma prière, en tant que Visionnaire, est que nous puissions, ensemble, recapturer la Vision que Dieu a donné à l’Église Française. »

Rev. Dr. Alex OUAMONGUENE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *